Des jeunes s’engagent et inventent leur parcours.

Ils utilisent leurs passions et leurs talents. Motivés, ils s’impliquent dans un monde qu’ils veulent solidaire, juste, ouvert, respectueux, humain et témoignent de leur action. Un grand Merci à eux !

NEPAL – Axelle

Depuis quelques mois, j’avais réservé un aller/retour en Asie avec deux mois sur place. Bangkok était la destination centrale qui me permettait de rejoindre facilement un autre pays d’Asie lorsque mon projet de voyage s’affinerait.
Le 25 avril, un tremblement de terre secoue violemment le Népal. Dès que j’apprends la nouvelle, je parcours sites internet et presse pour m’orienter vers une ONG qui pourrait m’accueillir pour aider sur place. Ma formation en design textile à l’ENSCI-Les Ateliers affine ma recherche et j’atterris à Kathmandou, dans une ONG locale qui propose à des femmes dans l’extrême dénuement et issues de villages reculés de venir se former aux techniques textiles (patronage, couture et tissage) pendant un an afin de pouvoir avoir un avenir professionnel dans leurs villages.engagement-jeunes-nepaltogether
J’aide quelques temps au sein de cette structure et à chaque fin de journée, je me rends dans des orphelinats, camps de réfugiés, donner un peu de mon temps pour les enfants.

Au fil des rencontres, je suis accueillie à Nagarkot, un village perché à 2000m d’altitude en face de l’Himalaya et j’analyse l’ampleur des dégâts: de nombreuses familles dont les maisons se sont effondrées n’ont pas reçu d’aide, et sont dans la pauvreté la plus extrême.
Avec des personnes rencontrées sur place, je monte en urgence un projet de crowfunding afin de récolter des fonds pour construire des maisons en bambou, distribuer des toits en tôle ondulée (pour remplacer les bâches percées) ainsi que de la nourriture et des médicaments.

En arrivant au Népal, je n’arrivais pas à imaginer l’expérience que j’allais vivre.
Ces journées d’investigation, d’organisation de l’aide, de construction, d’acheminement des matériaux… Au contact d’un peuple dont la culture est si différente mais si touchante, au sein de familles qui n’ont plus rien à part un sourire si beau et un regard si profond, ancrés dans un visage marqué par la douleur. Un mois après mon retour, je commence tout juste à mettre des mots sur ce que j’ai vécu, à interpréter les gestes qui m’ont été adressés.

Je me sens plus libre d’avoir aidé, à mon échelle, quelques familles dans le besoin. Plus en paix avec moi même et plus en confiance. Les visages m’ont marquée et accentuent d’autant plus mon envie d’envisager le design autrement dans le monde actuel.
Voyager c’est exister, aider c’est construire et construire c’est grandir!

Axelle (22 ans)

nepal-together-engagement-solidarite-jeunes

Association Nepal Together sur facebook


 ZIMBABWE – Eve

Bonjour !
Je suis partie cet été avec trois autres jeunes volontaires dans un village de brousse au Zimbabwe, au fond du parc Hwange : Sinamatella. Notre action sur place est centrée autour de l’école du village et a duré 2 mois cette année. Nous étions déjà partis un mois l’an dernier et avons monté notre association à notre retour.

Cet été nous avions donc les fonds nécessaires pour mener des actions concrètes. Nous avons ainsi pu remettre un bâtiment à neuf pour ouvrir une infirmerie (l’une de nous étant de plus infirmière), restaurer et repeindre les classes et toilettes de l’école et construire un potager qui va servir à dispenser des cours de botanique aux enfants afin qu’ils apprennent la richesse de leur écosystème. Ce potager leur donnera également la possibilité de diversifier leur nourriture en mangeant des légumes et  crééra un commerce pour l’école.


Nous bénéficions d’une relation privilégiée avec les enfants en organisant différentes activités et jeux. Leur joie profonde, leurs éclats de rire, leur affection malicieuse et leur soif d’apprendre, immense, bouleversante me plonge dans une motivation toujours plus grande : participer à leur donner leur chance, qu’ils élaborent le monde à nos cotés.
J’ai été motivée pour cet engagement, déjà par mon envie de découvrir l’Afrique, sa nature et sa civilisation, mais aussi parce que cela fait suite à mes précédents engagements en matière d’éducation. Etre au contact des enfants est d’une grande richesse pour moi, ils m’apprennent l’humilité, la simplicité et la joie de vivre.
La grande pauvreté de ce pays se ressent au quotidien et j’apprends à me contenter de ce que j’ai, à m’émerveiller jour après jour de la beauté du monde.

Nous sommes également au contact permanent des adultes, le village étant très petit et les gens curieux, ce qui m’a été d’un grand apport sur le plan de la découverte sociale, des mœurs du pays et d’une vision du monde qui diffère de la nôtre.

Je reste engagée dans cette association, le projet à venir étant de construire un nouveau bâtiment pour l’école ! Le besoin d’être utile, le partage des qualités de chacun et bien sûr l’amour et le respect humain né de ces multiples rencontres me motivent à m’engager sur le long terme et à tout faire pour perdurer l’aventure l’été prochain !

Je veux faire de l’humanitaire mon métier car je crois en l’être humain, en sa capacité solidaire profonde et en notre possibilité de changer le monde pour qu’il devienne celui dans lequel on veut vivre.

Eve (19 ans)

Sinamatella-school-projet-solidaire-jeunesAssociation Sinamatella School : sinamatella-school.org

Rejoignez-nous sur Facebook >>

Contact : schoolsinamatella@gmail.com


FRANCE – Marie

Mon aventure à L’Envol

J’adore les grandes vacances comme tout le monde. Se reposer, le soleil, la mer, … Mais cet été je voulais plus que tout ça. Je voulais pour une fois donner, donner de moi, donner de mon temps. C’est un sentiment qui ne s’explique pas car il ne recherche ni la gloire, ni les compliments mais peut-être juste un point rose pour pimenter le « i » du mot vie. J’ai alors choisi l’association l’Envol, qui offre aux enfants malades une semaine deengagement-jeunes-L-envol-asso vacance dans les environs de Paris. Je suis partie sans à priori, seulement confiante : quoi qu’il arrive cela sera une nouvelle aventure. Et me voilà embarquée dans un navire chatoyant de couleurs, écumant de bonheur, de rires, de merveilles. Je découvre en bloc, la solidarité, l’entraide, la bienveillance, le respect avec ces 46 bénévoles de tout âge qui seront mon équipe lors de cette session de l’Envol. Je découvre une énergie tonitruante chez ces enfants marqués par la maladie, une envie de vivre foudroyante. Je me découvre aussi créative, pointilleuse, organisatrice, … A l’Envol personne n’est obligé, ni forcé, … Mais pour cette association si merveilleuse nous avons tous voulu donner le meilleur de nous-même sans exception. Ces expériences de bénévolat ne se racontent pas ou très mal. Moi-même je trouve mes mots fades et sans résonance face à mes souvenirs.

La seule chose que j’aime à dire et qui me parait le plus juste face à ce que j’ai vécu c’est ; « Je pensais n’être qu’une simple bénévole mais grâce à eux, aujourd’hui, c’est moi qui m’Envol. »

Marie, 20 ans

L-envol-association-projet-solidaire

Pour que les enfants malades restent des enfants
Association l’Envol : http://www.lenvol.asso.fr/

 


 

Vous avez entre 15 et 30 ans ?

 


Albert Jacquard citation monde de demain bati ensemble

Des projets pour les autres – Arnaud

Dans mon métier de designer je m’intéresse plus aux gens qu’aux objets.
Les objets, interfaces, services, et autres productions issues des métiers tels que la création industrielle ou l’architecture doivent répondre à des besoins identifiés et proposer des solutions qui prennent en compte les aspects humains et environnementaux.
Pour mon projet « Jondo », j’ai décidé de m’intéresser à une problématique de santé publique actuelle : le manque d’activité physique couplé au vieillissement de la population. Le design peut-il répondre à cette double équation ? Serait-il possible de proposer des expériences génératrices de bien-être et de satisfaction accessibles au plus grand nombre ?
Jondo est un service, une nouvelle activité sportive encadrée, facilitant la pratique régulière des jeunes retraités. projet-arnaud-wink-jeunes-d-aujourd'hui-qui-s-engagentÀ mi-chemin entre gymnastique, arts du cirque, tai-chi, et danse, celle-ci permet de redécouvrir et entretenir son corps tout en se faisant plaisir. Elle propose un encadrement médical rassurant et répond à certain besoins de pratique physique sans communiquer les signes de l’univers médical et du sport. Cette activité est composée d’un tenue, d’agrès et d’accessoires. Elle vise à faire travailler l’équilibre, la souplesse et la coordination. Un répertoire de gestes est imaginé pour répondre simultanément au besoins physiques et médicaux tout en participant à la dimension chorégraphique et spectaculaire de l’activité. Ce projet à été pensé dans sa globalité. Fonctionnement du service et accessibilité, objets facilitants la pratique et identité forme un tout cohérent.

Le métier que j’ai appris est un outil pour porter des projets qui ont du sens et qui répondent à des besoins existants ou que l’on pressent.

Le design pour et par les gens fait partie des formes émergentes de la création contemporaine.

Arnaud, 25 ans (+ sur ses projets)


CAMBODGE – Alice

Je suis actuellement des études pour devenir Sage-femme. Je fais partie des Scouts et Guides de France et c’est avec une équipe de 5 amies scoutes que pendant 2 années complètes nous avons réfléchi et construit un projet de solidarité internationale. Deux ans où, à cinq, nous avons passé de nombreux coups de fil, écrit des centaines de mails, sollicité des centaines de personnes, rédigé des demandes de subventions, participé à de nombreux « extra jobs »: emballages cadeaux, baby sitting, services de restaurant, lavage de carreaux, galettes des rois, chocolats,… Deux ans qui nous ont appris beaucoup sur nous, sur le travail en équipe. Malgré des moments un peu difficiles, des moments de découragement, contre vents et marées (notre équipe se nomme les Contrevents), nous avons réussi, plus soudées que jamais à construire un beau projet au Cambodge avec l’association SAMAKI (qui veut dire solidarité en Khmer).

C’est donc le 26 juillet dernier que nous décollions de Roissy pour Phnom Penh au Cambodge pour un voyage de 4 semaines. Après une semaine de découverte du pays, nous sommes arrivées à Kampot, lieu de notre projet. C’est un projet de 3 semaines, très varié, qui nous attendait. Nous avons commencé par nous rendre dans des écoles pour donner des cours d’initiation au français puis des cours d’anglais. Nous avons aussi participé à des cours d’informatique afin d’apprendre à des collégiens à utiliser le logiciel « word », ce qui n’est pas évident pour eux, étant donné qu’il ont un alphabet spécifique.
Les jours qui ont suivi, nous avons aidé à faire les comptes de l’association afin de remettre uneengagement-jeunes-contrevents somme à chaque élèves, selon la situation familiale de chacun. Nous avons eu le plaisir de pouvoir distribuer cet argent aux élèves et de partager avec eux des grands jeux à la française et à la cambodgienne !
Par la suite, c’est de la rénovation et de la construction de maison pour des familles dans le besoin que nous avons fait. Nous sommes venues en aide (avec des membres de l’association toujours) à un vieil homme veuf afin de refaire entièrement le plancher et un mur de sa maison qui tombait en ruine. Nous avons aidé à la construction d’une cabine de toilettes pour une autre famille, aux fondations d’une maison pour une femme veuve et sa fille (moins de 2 ans) et à la construction d’un poulailler pour une famille voulant monter son marché pour mieux vivre. Une autre de nos missions était de faire l’inventaire et la réparation des livres des nombreuses écoles alentours afin que les élèves puissent avoir du matériel propre et fonctionnel. Enfin, nous avons contribué à un projet d’une des écoles qui a mis en place un grand jardin botanique. Nous avons créé des fiches techniques en khmer, anglais et français pour différentes plantes.
Cette association regorge d’idée et de projets, c’est génial !

Résumer ce projet en 10/15 lignes est impossible tant ce projet a été riche ! Un voyage aux 1000 couleurs, 1000 odeurs. Un voyage composé de belles rencontres, de centaines de sourires, de belles découvertes. Un voyage où même en se rendant utile aux autres, tu reçois beaucoup en échange. Un voyage qui m’a fait prendre conscience des choses essentielles de la vie et qui me rappellera désormais tous les jours qu' »il en faut peu pour être heureux ». Ailleurs, des Hommes sont heureux avec beaucoup moins que nous !

C’était un voyage qui me marquera à jamais, un voyage qui m’a changée, j’en suis sûre. Je recommande à chacun de réussir à vivre un tel projet dans sa vie.
« Tout ce qui réussit commence par un rêve » (Carl Sandburg) alors je conseille à chacun de rêver et foncer !

Alice, 18 ans

Page facebook des Contrevents >>


Merci à Axelle, Eve, Marie, Arnaud et Alice, leurs amis et équipiers; leurs actions individuelles ont un impact collectif et contribuent, bien sûr, à un monde meilleur.
Vous aussi vous avez des expériences ? Partagez les en commentaire ci-dessous


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>