Il était une fois une course de grenouilles.

L’objectif était d’arriver au sommet d’un arbre. L’arbre était si haut qu’il se perdait dans le ciel, parmi les étoiles. Un large public se rassembla au pied de l’arbre. Certains par curiosité, d’autres pour les soutenir.

La course commença. En fait, personne ne croyait possible que les grenouilles puissent atteindre le sommet de l’arbre. Devant la difficulté de la tâche, les encouragements du départ cédèrent au scepticisme, et toutes les phrases que l’on entendait furent de ce genre : « Quelle peine elles se donnent ! Elles n’y arriveront jamais ! De toute façon, c’est impossible ! ».

Les grenouilles se mirent à douter d’elles-même et quelques grenouilles commencèrent à se résigner et abandonnèrent la course. De plus en plus perplexe, le public poursuivait « Quelle peine elles se donnent ! Elles n’y arriveront jamais ! De toute façon, c’est impossible ! » Alors que la motivation des grenouilles déclinait, il y’ en avait une qui continuait à grimper malgré tout : « Quelle peine perdue ! Elle n’y arrivera quand-même jamais ! »

grenouille-qui-grimpe-gagner-la-course

Une à une, les grenouilles s’avouèrent vaincues et toutes abandonnèrent, excepté la même grenouille volontaire qui persistait. Tenace, elle continuait de grimper vers les étoiles malgré tous les commentaires lui assurant qu’elle n’y arriverait jamais, que c’était impossible.

Finalement, avec un énorme effort, elle rejoignit le sommet de l’arbre.

Médusées, les autres voulurent savoir comment elle avait fait pour terminer l’épreuve et l’une d’entre elles s’approcha pour le lui demander. Elle découvrit qu’en fait, la gagnante… était sourde !

 

« Le grand triomphe de l’adversaire c’est de vous faire croire ce qu’il dit de vous » disait Paul Valéry.
Sauf si on est sourd à ses propos !
Le manque de confiance en soi ou d’estime de soi nous rend dépendant du regard des autres et ouvre ainsi la porte à toutes sortes d’afflictions et d’abandons.
L’adversaire peut être extérieur comme intérieur. On n’a parfois besoin de personne pour nous saper le moral ou nous décourager ; notre petite voix négative ou nos propres pensées démoralisantes peuvent suffire à nous détourner de nos motivations.

La négativité est contagieuse. Soyez sourds aux pensées paralysantes et aux propos destructeurs. Soyez sourds à ceux qui vous empêchent d’avancer, vous dissuadent de réaliser vos rêves, vous détournent de vos étoiles.

hd-thoreau-homme-pense-de-lui-meme

2 commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis professeur et je vais attaquer une formation en analyse transactionnelle;j’ai aussi créé un blog de développement personnel pour les 15-25 ans. Donc autant vous dire que je m’intéresse beaucoup à la question de la confiance en soi chez les jeunes!L’histoire de la grenouille devrait être affichée dans les salles de classe,car les croyances limitantes sont très présentes dans l’esprit des jeunes et ont un fort impact dans la façon dont ils se considèrent, souvent négative.Alors bravo pour vos actions pour les jeunes,elles devraient être bien plus connues et étendues!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>