Des jeunes qui s’engagent, oui ! ça existe !

Une nouvelle génération souvent critiquée peine à prendre sa place. Fichés sous les sigles Y ou Z, les jeunes d’aujourd’hui traîneraient leurs guêtres à la recherche d’un plan toujours plus confortable, toujours plus lucratif, regard blasé sur leur smartphone et casque isolant sur les oreilles.

On ne doit pas croiser les mêmes…Mandela-citation-que-vos-choix-refletent-vos-espoirs-et-non-vos-peurs-

Certes, cette défiance vis à vis des générations suivantes n’est pas nouvelle. Une génération incarne son époque et intègre donc toutes les mutations dues aux découvertes, aux succès, aux erreurs, aux crises, etc. Mutants d’un nouveau monde avec l’arrivée du numérique, les jeunes d’aujourd’hui peinent à être compris tant leur système horizontal radie les ruines de l’ancien, qui s’entête à demeurer hiératiquement vertical.

L’archaïsme de cette concurrence intergénérationnelle torpille toute velléité de se situer, de prendre sa place. Cette fièvre de la comparaison les enchaînent à des objectifs obsolètes, dont ils ne voient ni le sens ni l’opportunité. Incroyablement lucides,les-jeunes-d-aujourd-hui-sont-incroyablement-lucides ils perçoivent avec acuité les failles d’un système qui s’écroule et les aberrations d’actions incohérentes. Qu’elles soient politiques, sociales, familiales, professionnelles.
Citoyens du monde, ils s’attendent à inventer leurs métiers, dans la fluidité des passerelles et des savoirs et la multiplicité des opportunités.

Les jeunes s’édifient sur des critères inexplorés, ce qui est bien plus déstabilisant qu’une simple rébellion contradictoire. Sherpa d’un nouveau modèle de société, leur tâche est lourde; Y et Z se donnent la main, réfutant encore une fois un système générationnel établi, le ressac.

Accompagner ces jeunes est une belle source d’apprentissage. Depuis toutes ces années à leurs cotés, devenue familière de leurs souhaits comme de leurs interrogations, je constate des récurrences fortes et des caractéristiques incroyablement dominantes qui m’épatent. Non pas que je les considère comme des anges, mais leurs ressources s’ajustent au mouvement de notre monde. Fêter ensemble ces caractéristiques des jeunes peut éviter le sort tragique de Desdémone captive de la jalousie destructrice d’Othello. S’ouvrir à la différence de points de vue devient constitutif de la construction d’une nouvelle société.

GenY et GenX-points-de-vue-sur-l-entreprise

©Pierre Wazem

Démotivés par un monde qu’ils refusent (ou plutôt dans lequel ils ne se reconnaissent pas), ils en créent un autre, et s’engagent.
Les jeunes d’aujourd’hui sont solidaires. Amoureux du défi, ils aiment inventer et se dépasser. Ils ont compris que l’innovation gouvernera le monde de demain. Un monde qu’ils souhaitent humain, mixé, flexible, connexe, familial, équitable. Tout est à inventer et ils le savent. Le manque d’intégrité de notre monde les poussent à délaisser certaines formes d’engagements conventionnels. Pour que cette lucidité ne devienne pas amertume et enfermement, pour que leurs rêves aboutissent, faisons leur confiance.
C’est dans ce « faire ensemble », dans l’acceptation de se délier de trop nombreuses adhérences culturelles et de multiples craintes, que nous pourrons leur permettre de prendre leur place.
Ils en sont dignes, désireux de préserver des espaces de relations non instrumentalisées. C’est une bonne nouvelle pour notre humanité !

Et si on apprenait à regarder leurs qualités derrière leurs défauts ?

Dépendants ?

SOLIDAIRES

Désorganisés ?

COLLABORATIFS

Insurgés ?

ENTREPRENEURS

Matérialistes ?

PRAGMATIQUES

Dispersés ?

ADAPTABLES

Arrogants ?

TRANSVERSAUX

vers cartes ressources et qualités jeunes

 

Des jeunes s’engagent, inventent leur parcours, s’impliquent dans un monde qu’ils veulent solidaire, juste, ouvert, respectueux, humain et témoignent de leur action. Un grand Merci à eux !

  • Axelle au Népal (initier des femmes aux techniques textiles et construire des maisons en bambou à la suite du tremblement de terre)
    Le 25 avril, un tremblement de terre secoue violemment le Népal. Dès que j’apprends … Plus >>
  • Eve au Zimbabwe (construire et soutenir une école de brousse)
    Cet été nous avions donc les fonds nécessaires pour mener des actions concrètes. Nous avons ainsi pu… Plus >>
  • Marie en France (accompagner des enfants malades dans le cadre de l’association L’Envol )
    J’adore les grandes vacances comme tout le monde. Se reposer, le soleil, la mer, … Mais cet été je voulais plus que tout ça. Je voulais donner … Plus >>
  • Alice au Cambodge (projet solidaire dans le cadre des Scouts et Guides de France)
    Nous avons réfléchi et construit un projet de solidarité internationale. Deux ans où, à cinq, nous avons … Plus >>
  • Arnaud (projet de design pour aider les personnes à mobilité réduite)
    Dans mon métier de designer je m’intéresse plus aux gens qu’aux objetsPlus >>

 

Vous avez entre 15 et 30 ans ?

 


Si vous voulez en savoir +

Vous trouverez une synthèse d’une étude de France-Bénévolat ici : Forte hausse de l’engagement bénévole chez les jeunes

The Boson Project travaille sur l’intégration des jeunes en entreprise (et c’est pas une mince affaire !). Ils ont réalisé une enquête avec BNP Paribas sur la vision du monde de l’entreprise par la (ou les) nouvelles générations: #lagrandeinvaZion

« Penser, c’est bifurquer » : la savoureuse insolence de Michel Serres dans un entretien de l’Hebdo

Résultats du premier baromètre « Jeunesse et confiance » réalisé par Opinionway: une jeunesse riche d’un potentiel pas encore exploité !

 

Explorez notre dossier JEUNES

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>