Orientation, l’heure du choix

S’orienter, c’est construire son avenir. Et construire, c’est réaliser quelque chose de cohérent à partir de certains éléments. S’orienter c’est choisir une direction pour devenir acteur de la société. Non pas nécessairement clore une fois pour toute d’autres perspectives.

Orientation-chacun-sa-route
© Grégoire Boissinot

En France, l’orientation draine des odeurs d’échec et l’échec on n’aime pas ça !  Eviter à tout prix « d’être orienté » avant la terminale est un sport national.
L’orientation scolaire est vécue comme une sélection, l’orientation professionnelle comme une angoisse.

Quoi faire apres le bac

Dessin de G.Mathieu

Si l’on considère la démarche d’orientation comme un processus d’organisation des sociétés, rien d’étonnant à ce que l’orientation devienne si complexe dans notre société mondialisée. Finalement, c’est plutôt bon signe ! ;) en tout cas, sans doute une volonté d’adaptabilité.

85,6% des jeunes ont des difficultés à s’orienter, 1 jeune sur 3 se réoriente après sa 1ère année d’études.

Une mauvaise orientation est un gaspillage humain pour tous

Et si le problème d’orientation était pris à l’envers ?

Le déclin des corporations (Moyen Age), l’abolition des privilèges (Révolution française), la prise en compte des différentes aptitudes pour déterminer la place de chacun afin de construire une nation puissante (1ère guerre mondiale), l’industrialisation (XIXe), tous ces changements de société ont guidés orientation professionnelle puis orientation scolaire.

Et toute idéologie mise à part, tous s’accordent à dire que « L’absence d’orientation professionnelle est à l’origine d’un gaspillage humain préjudiciable au public et aux travailleurs eux-mêmes. »

Mon propos ici n’est pas de vous rendre compte de toutes les possibilités de cursus offertes actuellement. De nombreuses structures font ça très bien…. ou moins bien ! (Cela dit, nous avons été amené à travailler avec un cabinet de conseils en orientation, Talenvia, et apprécions son réel sérieux et ses compétences pour dénicher de bons cursus).

L’orientation ne peut être abordée d’un point de vue uniquement rationnel.

Définir son orientation selon son identité

Une orientation judicieuse commence par la prise en compte de l’élément fondamental à la source du choix : la personne.

Quand on demande à un ado ce qu’il veux « faire », quand on lui parle de métiers, de filières, de vie professionnelle, on parle de « l’agir ». Si l’on veut que cet agir fasse sens pour la personne, et soit donc le meilleur moyen pour qu’elle s’accomplisse, l’agir doit être cohérent avec l’être.

Definir mon Orientation selon mon identiteParfois pris dans un tourbillon de rêves, d’influences, de projections, de dépits, de propositions, de rivalités, le jeune ne sait plus discerner ce qui lui correspond ou pas. Agencer les possibilités dans un certain ordre pour en faire un ensemble signifiant, exige la faculté de situer son identité.

Or l’adolescent est en pleine construction de son identité. Souvent confus dans son présent, on lui demande de tracer son avenir. Le planning scolaire est ainsi fait que s’ajoute à cette mutation psychologique et physique de l’adolescence, des injonctions sociales (« C’est maintenant ou jamais », « tu dois décider », « qu’est-ce que tu veux faire de ta vie ? », « t’as rempli tes vœux sur APB ? », etc) Parents, famille, amis, école, tout le monde y va de son petit refrain et l’adolescent se retrouve souvent pris dans un étau anxiogène.

Ratifier son passé

« Qu’est-ce que je vais devenir ? » Sous jacent à cette question que se pose l’adolescent face au choix d’orientation, se situe aussi sa position dans la société et donc sa séparation avec ses parents. Même si la plupart en rêve dans leur désir d’émancipation, la concrétisation de ce chemin peut être source de souffrance et d’angoisse. L’histoire de chacun entre en compte ; l’enfance, le contexte familial, l’environnement culturel, économique, éducatif,,, toute cette mémoire individuelle joue un rôle. Savoir reconnaître son passé permet d’asseoir son présent

Asseoir son présent

Bien sûr notre société est complexe. Elle le deviendra de plus en plus. Néanmoins, nous en sommes toujours les acteurs. Chaque jeune a sa place à prendre.

orientation-aider-son-ado-parcours-du-loup-blancActeurs d’une civilisation de la connaissance et de la transmission, notre humanité interconnectée ne réagit plus comme les précédentes, protégées ( ?) ou isolées ( ?) par des frontières. Cette incessante communication instantanée, qui se moque de l’espace et du temps, génère de nouveaux phénomènes de contagion et d’influences. Rapides, éphémères, superficiels, ou au contraire, profonds, pérennes, ces apports peuvent générer confusions et chaos dans une identité indécise. Chez une personne « alignée », ils seront vécus comme richesses et ouvertures.

En conséquence, une bonne orientation passe par la découverte de soi. C’est une démarche à faire en amont pour aborder plus sereinement la concrétisation de l’orientation. Qui suis-je ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? De quoi suis-je capable ? Qu’est-ce que j’aime vraiment ?

Construire son avenir

s'orienter selon ses competences

Dessin de G.Mathieu | mathieu-dessins.com

S’orienter, c’est dessiner son avenir, sachant qu’il reste ouvert.

Avant de bâtir la maison, il faut choisir le terrain. C’est pour cela qu’une connaissance de soi est constitutive d’une bonne orientation.

Qu’est-ce qui est important pour moi ? La ville, la nature, la vue ? la mer ? la montagne ? Le silence ? L’espace ? La proximité ? La sécurité ? L’ouverture ? Selon mes réponses, pour construire la maison qui me correspond, je ne choisirai pas le même terrain.

Bien souvent, le choix de l’orientation est abordé comme une location, comme un héritage, ou comme un titre de propriété impulsif. Me voilà embarrassé avec mes meubles (=mon cursus), mon mode de vie (= mon travail), mon style de déco (= devinez…) dans cette maison que je trouve de guingois et inadaptée ! Je râle, je regrette, deviens amer, me recroqueville,,,

Alors que si, en amont, j’ai sondé le terrain, je l’ai étudié, aménagé s’il faut, nettoyé des gravats, repéré les faiblesses,, Je le connais, je suis confiant et sais où et comment construire ma maison. Un jour ou l’autre selon les besoins, je pourrai peut-être l’agrandir cette maison, changer l’entrée, la distribution et l’importance des pièces, etc

Ce que je constate parmi les jeunes que je rencontre, c’est que souvent le problème est pris à l’envers. Beaucoup viennent parce qu’ils ne sont pas bien dans ce qu’ils font et s’égarent dans des cursus qui ne leur correspondent pas

 

comment bien s'orienter a l'adolescence   … La suite ici >> « Bien s’orienter à l’adolescence, comment faire ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>