La créativité a la cote !

Chouette, j’entends de moins en moins « Nan, mais moi j’suis nul j’ai pas d’imagination » !
Chouette, je lis de + en + d’articles de presse sur les qualités créatives !
Chouette, je perçois davantage de crédit accordé à la créativité.

Je l’expérimente à chaque stage ; les jeunes se réconcilient volontiers avec leur imagination et veulent apprivoiser leur créativité.

Du monde de l’entreprise aux choix d’orientation professionnelle, la créativité a largement dépassé la sphère cocoon-familial de la customisation et la dimension artistique légendaire.
De « qualité », elle est devenue « valeur » étreignant le monde de l’entrepreneuriat avec fougue pour faire face à l’incertitude et satisfaire notre besoin d’autonomie.

Longtemps marginalisée comme une aptitude réservée aux doux rêveurs, aux utopistes et aux artistes, la créativité s’est dotée d’un pouvoir économique. Dans notre monde, cela revient à acquérir considération et reconnaissance. Le tapis rouge est déroulé !

La créativité demande une prise de risque

« Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. » Vous vous souvenez ? Cette intro de « La Haine » devenue mythique, « c’est l’histoire d’un mec qui chute d’une tour de 50 étages…

Jusque là tout va bien, c’est l’histoire d’un modèle de société qui dégringole et qui se répète au fur et à mesure de sa chute pour se rassurer jusqu’ici tout va bien… Le confort ne promeut pas la prise de risque, l’exploration, l’essai, l’erreur. L’important ce n’est pas la chute, mais l’atterrissage. L’appréhension de l’atterrissage libère la créativité, sursaut de vie, mouvement de l’être.

La créativité, position impliquée et agissante

Quand rien ne va plus, l’instinct de survie nous pousse à trouver des solutions. Que l’aube de ce XXIème siècle soit confuse et chaotique n’échappe à personne. Chercher une solution s’inscrit déjà dans le processus créatif ; C’est une position impliquée dans laquelle l’individu devient acteur.

La maïeutique de la créativité

Un créatif est un insoumis dans le sens où son éveil le pousse à remettre en cause les règles et se saisir des contraintes pour les transformer. Par là il dérange un ordre établi et un formatage orchestré de longue date. Le cantonner au rôle de trublion en se drapant d’arrogance signe une position dépassée.

L’aspiration à un monde riche de sens se partage de plus en plus. Que chacun découvre alors la force de son expérience, de ses aptitudes, de ses rêves et développe ainsi la conscience d’en être acteur procède d’une fabuleuse maïeutique. La créativité est générative.

Innovation et créativité à tous les niveaux : changer de point de vue

Que ce soit Philippe Silberzahn avec l’effectuation entrepreneuriale, Idriss Aberkane et l’économie de la connaissance, Ken Robinson à la recherche de l’Elément, les MOOCs et l’enseignement, Hervé Coves et sa « gestion holistique des limaces », « Demain, Le Film » orienté solutions -on pourrait en citer bien d’autres- tous ont en commun cette volonté de renouveler nos cartes, changer nos perceptions et nos manières de faire, forger de nouvelles clés, inscrire en nous de nouvelles directions et ouvrir des champs de possibles. Dans un entretien exclusif sur notre blog, le comédien Timothée Ansieau s’exprime ainsi : « A partir du moment où on reconnaît la valeur, la dynamique de la créativité dans le monde de l’entreprise, au niveau des responsabilités, des équipes, etc., il faut la promouvoir. C’est un changement de mentalité »

Serions-nous en train d’accéder à ce changement de mentalité ? Et ça c’est chouette !

creativite-citation-einstein-sommes-nous-tous-creatifs

L’éducation à la créativité

La créativité s’apprend.
Processus cognitif, la créativité est une compétence que nous avons tous. Comme toutes nos aptitudes, elle nécessite stimulation et pratique. Divergente, analogique, intégrative, subversive, toutes ces formes de pensées et d’actions sont à solliciter.

La créativité est un moyen d’expression de soi, pas nécessairement liée au domaine artistique. Rejoignant le besoin de réalisation de soi en haut de la pyramide de Maslow, elle favorise l’estime de soi. Comme on l’a vu, la créativité s’appuie sur l’implication et l’appropriation des connaissances. On ne créé pas à partir de rien, on transforme. Ce sentiment d’être « acteur » prend toute son importance lors des apprentissages et les interactions variées motivent l’élève.

Il n’existe pas d’enfant réfractaire à la créativité. Tout enfant accueille librement et avec enthousiasme cette partie de lui même. Le refus ou l’hésitation vient plus tard, en grandissant. Par peur. Peur d’être ridicule, mal vu, pas à la hauteur, différent, peur de se tromper.
Donner droit à l’erreur est une priorité éducative. Le culte de la performance et la tyrannie du résultat érigent les cimetières de l’innovation où poussent les mauvaises herbes du désespoir entre les dalles de plomb du conformisme. Une erreur est une expérience et l’indulgence constructive, un formidable tremplin vers la responsabilité et l’autonomie.
Développer une attitude et une habileté créative exige bienveillance face à l’exploration, un regard ouvert et considérant. Questionner le « comment » et se laisser surprendre.

La créativité comme ressource dynamique

Du macramé des années 70 au DIY des années 90 en passant par l’Olympe du « Créa pub » des années 80, la créativité a fait son chemin. Pragmatique et efficace, elle s’invite malicieusement au banquet du nouveau monde afin de nous aider à répondre aux multiples défis de notre société. Parachute ouvert avant l’atterrissage des 50 étages, décoré aux armes de l’audace et de l’aventure, parviendra-t-elle à inverser le chaos ?

Tout est à inventer. Nous vivons une époque formidable. C’est ce que je crois. C’est ce que je répète sans cesse aux jeunes stagiaires. Les solutions sont dans nos mains en saisissant chaque obstacle comme une opportunité possible.

Reste à savoir si la créativité saura résister à toute volonté de normalisation, évaluation, rationalisation ? Certaines empreintes sont coriaces…

« Jusqu’ici, tout va bien. »

Laure de Balincourt

Pour aller plus loin :
Le blog de Philippe Silberzahn : L’incertitude nous rend libres
Le blog d’Idriss Aberkane
Eduquer par la curiosité – Ramzi Harbi
« La créativité, l’arme absolue des français ? », très bon article de Rémy Oudghiri sur Influencia.net
La créativité demandée comme numéro 3 au top ten des compétences pour 2020 – Le Figaro Etudiant

 

Vous avez entre 15 et 30 ans ?

Un commentaire

  1. Nous sommes tous des créatifs, et ceux qui pensent le contraire ont simplement tendance à laisser le créatif qui est en eux… endormi !
    Le monde de l’art et de la création est si snob qu’il nous donne des complexes. Enfin, pas (plus) à moi, mais à beaucoup de gens malheureusement. Dès qu’on s’affranchit de ce poids, on tente, en expérimente… et on s’étonne soi-même, conscient qu’il n’est pas important de produire quelque chose d’extraordinaire dans l’absolu, mais quelque chose qui plait à soi tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>